Amendes routières :

Comment puis-je vous aider ?

Amendes routières : Quel document avez-vous reçu ?

J'ai reçu un PV et un formulaire-réponse Comment réagir ?

Vous avez reçu un procès-verbal accompagné d'un formulaire-réponse.  Aucune demande de paiement n'était jointe.  Cela signifie probablement que le Parquet estime que l'infraction que vous auriez commise (par exemple pour un "grand" excès de vitesse) est d'une gravité telle que vous serez convoqué devant le Tribunal de Police.

Si vous constatez que le délai d'envoi de 14 jours est dépassé, je vous invite à m'appeler au 0485 24 20 24

Délai légal d’envoi : 14 jours

La loi prévoit qu’une copie du procès-verbal initial doit être « adressée aux contrevenants dans un délai de quatorze jours à compter de la date de la constatation des infractions ».

Ce délai légal de 14 jours a pour objectif de permettre à la personne qui reçoit la copie du procès-verbal initial de se souvenir notamment de l’identité du conducteur au moment de l’infraction.

Précisions quant au calcul du délai de 14 jours :

  • il arrive souvent que la Police n’envoie pas réellement la copie du procès-verbal initial à la date qui figure sur le PV ; il est donc important de conserver le cachet de la poste
  • le délai de 14 jours commence à courir à la date du jour de l’infraction (qui compte donc dans le calcul du délai)
  • tous les jours du calendrier comptent dans le calcul du délai, mêmes le samedis, le dimanche et les jours fériés
  • si l’infraction (un "grand" excès de vitesse par exemple) a été constatée par un radar automatique, le délai commence à courir à partir du jour de l’infraction (et non à partir du jour où le policier relève les enregistrements du radar)

Et si le délai n'a pas été respecté ?

La Cour de Cassation a récemment décidé que, si la Police ne vous a pas envoyé la copie du procès-verbal initial dans les 14 jours de l'infraction, le titulaire de la plaque d'immatriculation n'est plus présumé être le conducteur au moment de l'infraction.

En clair, cela signifie que, si le délai n'a pas été respecté, le Parquet ne saura pas démontrer qui conduisait le véhicule.  Dans ces conditions, le dépassement du délai de 14 jours permet au titulaire de la plaque d'immatriculation d'échapper aux poursuites ou, en cas de poursuites, d'obtenir un acquittement.

Ceci vaut bien entendu à condition de ne pas avoir été intercepté au moment de l'infraction et de ne pas reconnaître avoir été le conducteur.

Si le véhicule concerné est assuré en "protection juridique" auprès de DAS ou ETHIAS ou LEGAL VILLAGE (AXA), vous pourrez bénéficier gratuitement de mon intervention pour formuler votre constestation.  Dans ce cas, je vous invite à remplir le Formulaire délai 14 jours

Quand faut-il renvoyer le formulaire réponse ?

Si le délai de 14 jours a été respecté, le titulaire de la plaque d'immatriculation est présumé être le conducteur au moment de l'infraction.

Si le conducteur était réellement le titulaire de la plaque d'immatriculation, il semble inutile de renvoyer le formulaire-réponse.  Cela pourrait même être imprudent de renvyer ce formulaire (voir ci-après le titre "Les pièges du formulaire-réponse").

Si quelqu'un d'autre conduisait, il est important que ce conducteur remplisse à son nom le formulaire-réponse et le renvoie.

Rappelons ici que, si le délai de 14 jours n'a pas été respecté, le titulaire de la plaque d'immatrculation pourra ne plus être présumé avoir été le conducteur.  Dans ce cas, il est dès possible pour le titulaire de la plaque d'immatriculation d'indiquer dans le formulaire-réponse que la présomption de l'article 67bis LPCR a disparu car le délai de 14 jours n'a pas été respecté.  Dans ce cas, toujours, il ne faut ni reconnaître avoir été le conducteur, ni reconnaître avoir commis l'infraction, ni déclarer accepter une transaction du Ministère public.

Les pièges du formulaire-réponse

Beaucoup de gens pensent bien faire en répondant "OUI" aux questions 3 et 4 du formulaire-réponse.  Candidement, ces personnes espèrent qu'en reconnaissant avoir commis l'infraction et en déclarant accepter une transaction du Ministère public, ils pourront s'en sortir en payant le montant qui leur sera ultérieurement proposé.  La réalité est malheureusemente tout autre.  En effet, ces justiciables se privent en réalité de la possibilité de pouvoir ultérieurement contester l'infraction dans l'espoir de recevoir une proposition de paiement qui, le plus souvent, n'arrivera jamais !  Le piège se sera ainsi refermé.

Dans ma pratique d'avocat spécialisé en circulation routière, je ne compte plus le nombre de clients qui, une fois qu'ils sont convoqués devant le Tribunal de Police, regrettent d'avoir rempli avec candeur le formulaire-réponse.  Vous voilà informé.  Soyez prudent !

Et après ?

Soit vous serez d'abord auditionné par votre Police locale (soyez attentif à ce que vous déclarez - relisez mes conseils préalablement), soit vous serez directement cité à comparaître devant le Tribunal de Police.

Si vous êtes convoqué devant le Tribunal de Police, je vous invite à consulter la page de mon site consacrée à la convocation au Tribunal.

Les avis de mes clients

4.67/5
(6 avis)

Les évaluations sont gérées par les outils E-net Business

Certification e-net

Je tenais à vous remercier pour votre prof... voir plus Je tenais à vous remercier pour votre professionnalisme. voir moins

Maxime D.

4/5

Votre service a été très important et très... voir plus Votre service a été très important et très bien effectué. voir moins

Karim A.

5/5

Merci de votre aide et prestation. Je sui... voir plus Merci de votre aide et prestation. Je suis ravi de vous avoir confié cette mission. voir moins

Hugo L.

5/5

Je vous remercie pour vos services et n’hé... voir plus Je vous remercie pour vos services et n’hésiterai pas à les recommander. voir moins

Emmanuelle R.

4/5

AVOCAT SPÉCIALISÉ

25 ans d'expérience

Partout en Belgique